il y a 3 mois

Manager 2021, des Robinsons qui s'ignorent ?

Manager 2021, des Robinsons qui s'ignorent ?

La cohésion est un principe fondamental de la performance d’équipe. Ce levier de Management, sans cesse questionné, pose la problématique du collectif et des qualités relationnelles de chacun. Elles sont le terreau des chantiers de confiance et d’épanouissement professionnel de tous. Ensemble, elles amènent à l’efficience collective et à des décisions finales qui portent l’empreinte de tous les collaborateurs, dans leurs avis, leurs conciliations et leurs débats. 

Les clés de la confiance s’établissent de sorte qu’elles nourrissent le bien-être et le développement personnel au sein d’une équipe. On parlera de transparence, de gestion de conflits, d’accompagnements… Le bénéfice du coach qui intervient dans une entreprise est de créer les conditions qui permettent au collectif d’être dans la co-créativité et la co-responsabilité des objectifs fixés. L'altérité est un des leviers pour confronter ses idées, s’interroger, nourrir une énergie partagée et faire vivre une expérience de transformation qui fait grandir tous les collaborateurs. Sans cette dernière, il est presque impossible de co-créer. Aussi, il est à noter que de notre capacité à accueillir les ressentis et sensations de chacun, nos résistances et se laisser impacter par les autres, nous construisons notre potentiel créatif. 

La culture du feed-back est une des composantes essentielles des îlots de confiance. La science nous a apporté des révélations sur l'impact émotionnel de valider 5 feed-back positifs consacrés à renforcer et confirmer l’effort du collaborateur pour lui laisser entendre 1 feed-back d’amélioration. Être présent à l’autre de manière singulière et désintéressée va construire le lien entre les interlocuteurs et envoyer un message fort. Le domaine des émotions est ici extrêmement important. 

La confiance convoque également la fraternité, état d’unité qui dépasse l’égo et qui va être le moteur du service réciproque du groupe par l'individu et de l’individu par le groupe : à l’image de l’état du commandement, des hommes et des femmes qui savent compter sur les autres. Il s’agit de s’appuyer sur les fragilités et les fulgurances de chacun pour harmoniser les compétences collectives et créer une réciprocité dans la confiance, le respect et le travail. Il s’agit également de se comprendre et de comprendre l’autre, pour voir résonner les points de contacts de confiance dans l’essence du travail. En effet, quand on travaille au corps la fraternité d’une équipe, il faut être agile et adaptable face aux interactions diverses auxquelles on est confronté. Cela se fait par l’observation des collaborateurs :  comment les individus fonctionnent en groupe ? La notion de points de contacts permet ici de voir comment les collaborateurs se positionnent entre eux dans diverses situations. Mais l’observation doit aussi passer par une analyse des managers et des rôles qu’ils tiennent : comment sont-ils vus, comment les collaborateurs les approchent pour mettre en avant une proposition ? Une analyse et un travail sur le leadership qui se dégage d’une équipe permettra de jouer sur l’inconscient individuel et collectif. Il s’agit en fait, de déconstruire le collectif en créant des indicateurs relationnels qui permettent de colmater, retravailler et refonder les problèmes pour lesquels le coach intervient. 

Au-delà de ce travail très encadré, formalisé, on va travailler les qualités humaines primaires qui font la confiance, comme la générosité, qui va permettre d’aimer, de s’abandonner à sa bienveillance et à sa bonne foi tout en restant exigeant et ainsi créer les conditions d'ouverture pour s’engager dans le collectif. 

Le gros du travail de terrain avec les équipes est la création des processus, il faut créer de l’espace pour chacun et développer l’intelligence collective, soit une nouvelle approche des énergies et des réflexions de groupe, qui permettra à terme de gagner 20 à 30% d’efficience pour accompagner la croissance de son entreprise. 

Celui qui dit qu’il travaille trop doit apprendre à gérer son temps. Doit-il se former à la gestion du temps ? Il me semble que de répondre à cette question suffit : suis-je disponible à la VIE (l’être) ou disponible à ce que je VEUX (le faire) ? Il s’agit d’être disponible à la relation…

Le rôle du coach est de réaligner le collectif sur une même et unique essence, par un travail sur son harmonie personnelle et son intériorité. En d’autres termes, si chacun améliore ses relations avec son voisin, c’est tout le collectif qui y gagne. 

 

À l’heure actuelle, et alors que de nouvelles problématiques liées au contexte sanitaire entrent en jeu (montée des angoisses, travail à distance des équipes…), une troisième en perspective, l’approche holistique d’un coach est primordiale. Elle passera par un travail sur l’environnement, le cognitif, le psychologique, et bien-sûr, les rituels de réalisation de soi. 

 

Par quelle méthode évaluer la sainteté des relations d’un collectif ? 

 

Pour mettre en conscience les enjeux qui freinent la croissance des individus, Pairspectives a développé un questionnaire qui s'interroge sur la relation à l’autre. Suis-je conscient de mon état intérieur ? Suis-je en capacité de décider de me laisser impacter par l'autre ou non ? Suis-je toujours pleinement engagé dans la relation ? Qui suis-je dans la rencontre de l’autre ? Autant de questionnements sur son existence dans une équipe et sur la brique que nous allons constituer dans cette construction relationnelle, dont les réponses visent à nourrir et favoriser la mise en mouvement de son potentiel créatif. 

 

A quoi ressemble une partie de ce questionnaire ? Cliquez ici : PAIRSCAN©

 

Partager l'actualité